Les fainéants, bordel, ... : une erreur de language?

Le 8 septembre 2017 depuis la Grèce, le président de la République a prévenu qu'il ne céderait rien "ni aux fainéants, ni aux cyniques, ni aux extrêmes" qui se dressent contre sa réforme du Code du travail. Certains ont interprété ces propos comme une liste un peu amène des adversaires de la réforme. Cette tirade a fait bondir les communicants de la majorité, essayant d'atténuer la virulence du propos. Le 8 septembre, l'Élysée a tenté un décryptage hasardeux du choix du terme "fainéants": le président visait "ceux qui n'ont pas fait les réformes pendant 15 ans pas les Français".

"Même les analystes mettent le président en garde contre ces mots qui peuvent avoir un effet dévastateur dans l'opinion sur le long terme."

Le 4 octobre, Emmanuel Macron à employé un terme que lui même qualifie de populaire lorsqu'il a fait remarquer au président de la région Aquitaine, Alain Rousset: "Certains, au lieu de foutre le bordel, feraient mieux de regarder s'ils ne peuvent pas avoir des postes là-bas, parce qu'il y en a qui ont les qualifications pour le faire".

Sources: Le Figaro et Twitter

Pour voir la vidéo du président expliquant ses propos: ici

Approuvez-vous l'utilisation d'expressions populaires par les hommes politiques?

Félicitations !

Votre vote est pris en compte

31 encore 1 mois